Abengourou: Un boulanger se fait arracher le sexe et les lèvres par sa compagne

Abengourou: Un boulanger se fait arracher le sexe et les lèvres par sa compagne

Abengourou: Un boulanger se fait arracher le sexe et les lèvres par sa compagne

Faits Divers
Un boulanger exerçant dans la ville d’Abengourou a subi des morsures de sa conjointe le mardi 5 juin, dans la capitale de l’Indénié. L’homme, mal en point, a été évacué dans un centre de santé par une patrouille du Ccdo.


A l’origine de l’accident, une scène de ménage qui a finalement viré au drame. La victime a, en effet, eu une partie de sa lèvre inférieure et de son sexe arrachée.

Retour sur les faits. Selon les témoignages recueillis dans l’entourage du couple, cela fait plusieurs mois que le nommé M. H., la quarantaine révolue exerce le métier de boulanger dans une pâtisserie située non loin de l’Inspection de l’enseignement primaire (Iep) d’Abengourou 2.

L’homme qui occupe un logis au quartier ‘’Agnikro-Extension’’, à l’Est de la ville, vit en ménage avec la prénommée Vanessa. Une cuisinière-stagiaire qui exerce également dans la même pâtisserie que lui. De ce couple, est né un garçonnet qui a actuellement une dizaine d’années.

Le problème, c’est que le boulanger ne cesse de se plaindre des escapades de sa conjointe qu’il trouve un peu volage. Aussi, de façon récurrente, ce sont des éclats de voix qui se font entendre dans le foyer.

Le lundi 4 juin 2018, une scène de ménage est de nouveau enregistrée. Ils en viennent même aux mains. Contre toute attente, la lèvre inférieure de l’homme se retrouve entre les dents de sa conjointe. Vanessa la mord au point d’en arracher une partie. Le cri du boulanger est strident. Il perd du sang.

Des éléments du Ccdo en faction dans la zone se déportent sur les lieux. L’infortuné boulanger est évacué au centre de protection infantile mobile (Pim) dénommé ‘’Hôpital des Américains’’.

Sur place, les praticiens découvrent qu’une partie des organes génitaux de la victime a été également mutilée. Et ce, selon les voisins, par la même conjointe qui l’a mordu quelques jours plutôt. Au moment où nous quittions le centre de santé, le blessé avait sombré dans l’inconscience pour avoir perdu beaucoup de sang.

Zéphirin NANGO


Commentez cet article