Guiglo: Un vieil homme de 70 ans viole des écolières de 7 et 10 ans

Guiglo: Un vieil homme de 70 ans viole des écolières de 7 et 10 ans

Image utilisée à titre d'illustration

Actu Buzz
Les cas de viol se succèdent à un rythme franchement inquiétant, à Guiglo. Le dernier en date, remonte au samedi 27 janvier 2018.


Deux fillettes, âgées respectivement de 7 et 10 ans, ont été sexuellement agressés par un septuagénaire qui fait partie de la catégorie des indignes sages de nos contrées. Lui, l'odieux vieillard, qui a précocement fait perdre leurs précieux hymens à ces mômes.

A en croire nos sources, ce samedi-là, N.G., 10 ans, élève en classe de Cm1 et sa cousine G.A., 7 ans, en classe de Ce1, éprouvent la forte envie de déguster de la canne-à-sucre.

A cet effet, elles décident de se rendre chez le vieux Oulaï Jean, 70 ans, tisseur de feuilles de palmier, communément appelées ''Papo''. Lui, il a planté de la canne-à-sucre dans sa cour, au quartier ''Séa Yoro 2 Port-Bouët'', à Guiglo. Il est environ 16h, quand les gamines débarquent au domicile du vieil homme.

Ce dernier, assis sur une natte, est en train de tisser ses ''papo''. C'est la vente de ces pailles, servant à couvrir les toitures des maisons, qui lui permet d'assurer ses charges à lui tout seul. Sa femme et ses six enfants, l'ayant abandonné, pour sa propension à la violence.

Lorsque les gosses lui expriment leur besoin, l'homme ne voit aucun inconvénient à accéder à leur demande. Puis, les fillettes coupent une canne-à-sucre. C'est suffisant à leur bonheur. Et tout près, elles n'entendent pas abuser de la gentillesse du vieil homme, vivant seul.

Mais alors que N.G. Et G.A. s'emploient à quitter les lieux, Oulaï Jean les interpelle. Et d'un air affable, il dit : « Revenez mes petites filles. Ce que vous venez de couper n'est pas suffisant. Allez à l’intérieur de ma maison et ramenez-moi ma machette. Je vais couper beaucoup de cannes-à-sucre que vous remettrez à vos parents de ma part ».

En fait, ce vieillard, sevré de sexe depuis le départ de sa femme, a la libido brûlante. Alors, les deux gamines sont justement « l'eau avec laquelle, il va éteindre son feu ». Naïvement les deux fillettes s'exécutent. C'est le pain béni qu’attendait le vieux...La suite sur Linfodrome


Commentez cet article